Histoire courte : Les petits gateaux

  • Post author:
  • Reading time:3 mins read

Jade était dans tous ses états. Cela faisait déjà plus de trente minutes qu’elle avait envoyé Dan, son petit fils chercher les œufs et elle l’attendait toujours. Mais que peut-il bien faire ? Elle était postée derrière sa fenêtre qui offrait une vue sur la ruelle d’où il devait arriver. Sur les trottoirs, un homme en cravate avec une poussette, un gamin slalomant entre les pavés à la poursuite de son chien, le maraicher chargé de légumes, un couple se tenant tendrement la main, mais aucune trace de Dan.

Sans ses œufs, impossible de commencer la préparation des petits gâteaux qu’elle offrait chaque jour à son bienaimé. Il en raffolait tant que se présenter face à lui sans ses délices lui était inconcevable. Elle aurait dû aller les chercher elle même ses œufs. Comment ai-je pu être assez bête pour faire confiance à cet étourdi ? Son regard scrutait méticuleusement chaque âme qui surgissait à ses pieds. Son esprit était entièrement dédié à celui qui obsédait chaque instant de sa vie depuis le Grand Orage. Elle aurait tant voulu pouvoir être tout le temps à ses côtés, mais elle s’astreignait à le quitter pour lui préparer ses gourmandises. Il l’emplissait de bonheur, c’était là sa manière de prendre soin de lui en retour. Et quelle joie immense de voir son plaisir à la dégustation de ses mets.

À l’angle, elle distingua l’ombre projetée d’un jeune homme en veston. À la seconde même, elle eut la certitude que cette silhouette qui s’annonçait était celle de Dan. Elle se rua à sa porte pour l’accueillir et récupérer les précieux œufs.

— Où es-tu parti trainer ? Comment as-tu pu te permettre d’être aussi long. Tu sais à quel point j’en avais besoin.

— Du calme, du calme mamie. Je suis parti il y a moins d’un quart d’heure.

— Comment oses-tu me mentir ? s’écria Jade en regardant la montre à son poignet.

Puis, elle se ravisa. Il était 10 h 3, son petit fils était sorti chargé de sa commission à 9 h 49. Son manque était si puissant que le temps s’était étiré. Elle s’en voulait désormais d’avoir traité de la sorte cet enfant qu’elle chérissait. Elle passa le dos de sa main sur sa joue. Elle était tendre comme au premier jour. Dan lui sourit et lui remit ses œufs. Il savait que sa grand-mère devenait fébrile lorsqu’elle demeurait trop longtemps éloignée de son bienaimé.

Ses œufs en mains, Jade alla vers le plan de travail sur lequel elle avait déjà disposé un grand saladier où le lait, le beurre et la farine attendaient la touche finale qui ferait d’eux des petits gâteaux.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.